Remettre la nature au coeur des villes

5 minutes de lecture

Flore Gaignard - Directrice de projets Villes et Projets

Les équipes de Villes et Projets sont spécialisées dans l’aménagement de grands projets urbains. Elles travaillent principalement sur des reconversions de quartiers entiers. Leur mission est d’acheter des terrains, de les rendre viables pour la construction d’un nouveau quartier et de garantir la cohérence entre l’existant et les constructions projetées.

COMMENT LES ÉQUIPES DE VILLES ET PROJETS INTÈGRENT-ELLES UNE DIMENSION ÉCO-RESPONSABLE DANS LA CONCEPTION DES QUARTIERS ?

Le projet d’Asnières-sur-Seine illustre très bien cette démarche. Il s’agit d’un ancien site industriel appartenant à Peugeot que nous avons transformé en projet urbain mixte avec l’aide de la ville.

Tout d’abord, nous avons dû dépolluer le site pour en faire un quartier habitable avec, au coeur, un parc de 1,5 hectare. Celui-ci a été conçu en concertation avec un paysagiste et un écologue qui ont sélectionné les végétaux les plus adaptés au climat et qui nécessitent très peu d’entretien. Nous avons souhaité que la nature soit maîtrisée mais spontanée. On s’attache particulièrement à choisir des espèces qui sont cohérentes avec le projet mais aussi avec le milieu dans lequel elles seront intégrées et notamment la faune locale. Et c’est un véritable succès !

Ce parc est essentiel pour répondre aux problématiques de la ville en matière de gestion des eaux de pluie. Nous avons créé tout un parcours de réutilisation des eaux de pluie allant des toitures jusqu’à un bassin de rétention. Nous avons réussi à faire de ce réseau technique un élément esthétique parfaitement intégré au paysage. L’été, la condensation issue des réserves d’eaux pluviales permet une brumisation naturelle. Nous avons pensé le quartier de manière à limiter les effets d’îlots de chaleur en privilégiant les revêtements clairs.

De plus, nous avons souhaité mettre en scène le végétal au sein de la ville en développant de nombreux outils de communication autour du projet. Par exemple, nous avons réalisé des pancartes pédagogiques pour présenter les espèces introduites. Enfin, nous travaillons avec nos bureaux d’études pour faire des simulations jusqu’en 2050 afin de voir comment évoluera le quartier.

 

Nous nous intéressons particulièrement au positionnement des bâtiments et à l’ensoleillement qui joue sur l’éclairage et le chauffage des pièces.

Nous étudions comment le vent peut rafraîchir les espaces de manière naturelle. Nous sélectionnons aussi les arbres à proximité avec des feuillages qui tombent, ou non, pour garantir autant de confort dans les bâtiments été comme hiver. Il s’agit d’une véritable conception bioclimatique à l’échelle d’un quartier. Nous sommes convaincus du rôle primordial des villes pour agir en faveur de la transition écologique, c’est pourquoi nous mettons tout notre savoir-faire en matière de développement durable au service des collectivités.

LA NOTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE MET EN AVANT LA NÉCESSITÉ DE FAVORISER LA COHÉSION SOCIALE. COMMENT CELA SE TRADUIT-IL DANS VOS PROJETS ?

À Montreuil nous réhabilitons la zone d’aménagement concerté (ZAC) Boissière-Acacia qui développe 40 % de logements sociaux.

Nous avons une ambition d’inclusivité dans ce quartier, nous ne souhaitons pas que les logements sociaux soient différenciables par leur architecture afin d’éviter la stigmatisation. Tous nos projets sont des opérations de développement urbain mixte tertiaire résidentiel. C’est très important car nous pensons qu’il est plus pertinent de faire vivre des communautés ensemble que séparément. Nous ne voulons pas construire des quartiers dortoirs ou, à l’inverse, des quartiers qui ne vivent pas le soir et le week-end.

Nous voulons créer des espaces avec plusieurs temporalités et usages. Cela permet de développer des économies de partage. Les stationnements de bureaux deviennent les stationnements résidentiels, nous réduisons ainsi de 30 % les besoins en places de parking. Optimiser les mètres carrés ce n’est pas qu’une question d’argent, c’est aussi limiter la consommation de ressources. Chaque espace est maximisé, c’est du béton coulé en moins et des matériaux utilisés en moins.

Aussi, nous avons conçu ce quartier pour les habitants et les futurs habitants, même ceux des années à venir. Nous avons convié les habitants à coconcevoir les espaces publics, mais nous avons aussi réservé des espaces dont l’usage n’est pas encore défini. Il nous semble nécessaire d’avoir des zones de flou pour que les futurs habitants puissent, eux aussi, s’approprier le quartier.

QUELS SUJETS VOUS TOUCHENT PARTICULIÈREMENT ET SUR LESQUELS VOUS AIMERIEZ TRAVAILLER DANS LE FUTUR ?

Pour continuer dans une logique de maximisation de l’utilisation des espaces, je pense que nous devons nous pencher sur les fonctions possibles des toitures.

Aujourd’hui, il existe deux manières d’exploiter les toits. Soit nous nous concentrons sur les performances énergétiques en installant des panneaux solaires, soit nous végétalisons les toitures pour améliorer la qualité de l’air et favoriser le cycle de l’eau.

En réalité, je pense que nous pouvons faire les deux ! Il s’agirait de planter, sous les panneaux solaires, des espèces végétales qui aiment l’ombre.

Nous voulons créer des espaces avec plusieurs temporalités et usages. Cela permet de développer des économies de partage.

Nature en ville Aménagement urbain Développement urbain
Contactez-nous

Et si nous parlions de votre projet ?

image contact
Nexity Entreprises
Nos équipes sont joignables au :
Précisez votre besoin pour trouver le bon interlocuteur
Votre message > Coordonnées

Vos données seront conservées trois ans à compter de la date du dernier contact de votre part. Vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci en adressant votre demande à informatique-libertes@nexity.fr . Plus d’informations sur les traitements des données personnelles ici.