Les politiques d’urbanisme de la ville de Paris

5 minutes de lecture

Marion Waller - Conseillère urbanisme et attractivité, mairie de Paris

Urbaniste et philosophe de l’environnement, Marion Waller concrétise ses convictions écologistes au sein du cabinet de Jean-Louis Missika à la mairie de Paris. Elle porte de nombreux projets autour du Grand Paris et participe à la stratégie globale de la ville pour la transition écologique.

COMMENT LA VILLE DE PARIS CONCRÉTISET- ELLE SA VOLONTÉ DE DEVENIR EXEMPLAIRE EN MATIÈRE DE VIVRE ENSEMBLE, DE SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE ET D’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ?

Pour nourrir la réflexion sur la façon d’attendre la neutralité carbone d’ici à 2050, la ville de Paris a commandé une étude. Celle-ci nous a permis de comprendre comment se répartissent les émissions de carbone et de réaliser l’impact considérable du bâtiment sur l’environnement.

Dans ce domaine, le secteur de l’immobilier et de la construction sont en retard, il n’y a pas assez d’efforts fournis, pas assez de partenariats avec des start-up et pas assez de dépenses en recherche et développement.

C’est en partant de ce constat que nous avons lancé les appels à projets « Réinventer Paris ». Notre objectif était de revitaliser des sites délaissés par la capitale sans dicter de solutions, simplement en proposant des défis. Nous avons réussi à faire émerger de nouvelles manières de construire des bâtiments plus écologiques sans faire de compromis sur la performance, le confort ou l’esthétisme.

Cela nous a conduits à augmenter nos exigences dans les appels à projets et à être plus explicites sur le mode constructif. La construction biosourcée est devenue un nouveau standard et nous allons intégrer de nouvelles exigences écologiques dans le futur plan local d’urbanisme (PLU) telles que la priorité à la conservation sur la démolition, le réemploi des matériaux et l’utilisation des matériaux biosourcés pour la construction neuve. Maintenant, tous les appels à projets de la ville se font sur le modèle de « Réinventer Paris », les sites ne sont pas attribués au plus offrant mais au meilleur projet.

PENSEZ-VOUS QU’IL EXISTE UN MODÈLE OÙ LA NATURE ET LES HOMMES COEXISTENT DE MANIÈRE HARMONIEUSE EN VILLE ?

Pour moi il n’y a pas de débat sur ce sujet, c’est une nécessité de survie : avec le réchauffement climatique, si on ne végétalise pas certains quartiers la ville devient invivable. Les végétaux contribuent au confort urbain en créant de la fraîcheur. C’est pourquoi, dans notre dernière modification du PLU, nous avons introduit l’obligation de végétaliser les toits terrasses de plus de 100 m² pour les constructions neuves.

Paris est devenu une ville minérale à la suite du mouvement hygiéniste au XIXe siècle, mais toute ville se construit sur la nature. Nous pouvons réintroduire de la végétation partout de manière réfléchie et harmonieuse dans les bâtiments et l’espace public. La ville est en train de transformer de nombreux espaces publics comme à Bastille, Nation ou Gambetta.

On y donne plus de place aux piétons et aux cyclistes. On réintroduit le végétal et on « débitume » Paris pour retrouver de la pleine terre. La ville a aussi lancé un concours d’urbanisme pour transformer le quartier de Montparnasse de la gare à la rue de Rennes. L’objectif est de le rendre moins minéral et d’avoir une conception bioclimatique. Lorsque tous ces travaux seront finis, d’ici deux ou trois ans, l’espace public parisien aura énormément changé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMENT SENSIBILISER LES PARISIENS À LA NÉCESSITÉ D’ÊTRE ACTEURS DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ?

Ce sujet de la construction écoresponsable ne touche pas encore assez le grand public. Nous devons faire comprendre aux Parisiens que c’est un sujet qui les concerne aussi. La construction c’est comme l’alimentation, il faut connaître les ingrédients et qu’ils soient sains.

Pour responsabiliser les habitants nous avons créé le permis de végétaliser, nous donnons aux Parisiens la possibilité de végétaliser un bout de trottoir devant chez eux. C’est une petite révolution pour la ville de Paris car elle admet qu’elle n’a pas le monopole de l’espace public. La prise de conscience est progressive et c’est aussi le rôle des pouvoirs publics de bien communiquer. Nous devons donner les outils aux citoyens pour agir à leur échelle. Cela passe par des événements et plus d’éducation sur notre empreinte carbone. Nous pouvons imaginer demander aux enfants dans les écoles de faire leur bilan carbone à chaque rentrée par exemple.

COMMENT VOYEZ-VOUS PARIS DANS QUELQUES DIZAINES D’ANNÉES ?

J’imagine une ville dont on ne dirait plus qu’elle est minérale, une ville qui ne s’oppose plus à la nature. J’espère que Paris sera parvenu à embarquer les citoyens, les acteurs publics et privés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Je l’imagine à la pointe sur les sujets environnementaux et sociaux.

Selon moi, il faut aussi sortir des frontières actuelles dans lesquelles Paris s’enferme. J’espère que dans une dizaine d’années on ne se posera plus la question de savoir si l’on est dans Paris intra-muros ou non.

Finalement, pour le secteur de l’immobilier, je souhaite que les réflexions sur l’impact environnemental d’un bâtiment ne se fassent plus seulement pour satisfaire les exigences de la Ville mais par véritable conviction sur la nécessité d’agir pour la transition écologique.

« J’IMAGINE UNE VILLE DONT ON NE DIRAIT PLUS QU’ELLE EST MINÉRALE, UNE VILLE QUI NE S’OPPOSE PLUS À LA NATURE. »

Aménagement urbain developpement durable Nature en ville
Contactez-nous

Et si nous parlions de votre projet ?

image contact
Nexity Entreprises
Nos équipes sont joignables au :
Précisez votre besoin pour trouver le bon interlocuteur
Votre message > Coordonnées

Vos données seront conservées trois ans à compter de la date du dernier contact de votre part. Vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci en adressant votre demande à informatique-libertes@nexity.fr . Plus d’informations sur les traitements des données personnelles ici.